ET SI LA VIE AVAIT UN MODE D’EMPLOI ?

ET SI LA VIE AVAIT UN MODE D’EMPLOI ?

 

 

Ah, si la vie m’avait été livrée avec son mode d’emploi, j’aurais évité sans doute de m’entêter, voire, de m’obstiner sur des chemins hasardeux à la recherche de moi-même.

Très jeune, la vie m’a confrontée à de nombreuses expériences. L’une des plus marquantes, fut la Mort. Pourquoi cette personne ? La vie est-elle injuste ? Pourquoi dans d’autres pays ou tribus, la mort est-elle une libération ? Cette même mort est vécue sereinement, en chantant, en dansant …… et le début de mon questionnement de vie, démarra ainsi.

J’ai souvent pesté sans comprendre pourquoi la vie, ne nous était pas livrée avec un mode d’emploi, une notice …… comme toutes les choses qui existent !

Un mode d’emploi général qui conviendrait à tout le monde.

Dans ma famille, on est franc et on se dit les choses, les bonnes, comme les mauvaises, il n’y avait que : « je t’aime » qui était tabou. Dans ma famille méridionale, car je suis de Montpellier : on parle fort, on crie, on pleure, on tranche, on casse et on coupe selon son humeur. Je fais partie de ces familles, qui font « subir » leurs états d’âme aux autres. Si je vais bien, tout le monde doit être bien et si je suis énervée, tout le monde en prendra pour son grade ! Pour moi, petite, c’était ça : être moi ! Faire SUBIR à l’autre mon humeur.

 

1ère RÈGLE DE LA VIE

 

Je ne peux rien imposer aux autres et l’autre ne peut rien m’imposer non plus !

Imposer, c’est être despotique, castrateur, étouffant…

Ou inversement me laisser imposer ou dicter ma conduite est un manque de respect envers moi-même.

 

 

2 ème RÈGLE DE LA VIE

 

Je te fuis, tu me suis …

 

Plus je me pliais en 4 pour l’autre (surtout en amour), plus j’étais présente, aimante et attentionnée.

Plus l’autre prenait le large sans aucune reconnaissance, plus je me sentais frustrée et attendais un retour de sa part. Evidemment, quelle injustice !

Le jour où cette situation m’épuisait et où mon attention se portait sur quelqu’un ou quelque choses d’autres, bizarrement, l’autre revenait au bercail ! Doux, gentil, aimant, attentionné, présent…..tout ce que j’attendais et qui, maintenant ne m’intéressait plus !

J’ai donc compris que le couple, comme le cœur s’éduque ! 

 

 

3ème RÈGLE DE VIE

S’autonourrir

Et bien oui, si vous ressentez le manque, l’attente et la frustration, alors vous vivrez dans un engrenage.

Il vous faut donc apprendre à vous autonourrir, en commençant par ne plus être dans l’attente. En attente d’un geste rassurant ou d’un mot rassurant, de reconnaissance, et là, vous vous rendrez alors compte à quel point l’attente est longue !

Cet attente nous rend spectateur et non plus acteur de notre vie .

 

4 ème REGLE DE VIE

Redevenir acteur de notre vie

C’est-à-dire? Ça commence par quoi ?

  • Nous sommes responsables de nos mots, adoptons donc une communication BIENVEILLANTE. Essayons de nous adresser à l’autre comme nous aimerions qu’il nous parle.

Parler en « JE » car le TU=TUE !

Le TU fait appel aux reproches, donc à la justification. 

Parler en JE : J’ai besoin…. , Je ressens…. , J’ai le sentiment ….

  • Vous êtes responsable de la manière dont vous accueillez, ce que l’on vous dit. 

Si vous décidez de prendre les mots de l’autre comme des flèches, qui vous transpercent, ça ne dépend que de vous. N’oubliez pas que l’effet miroir sera notre prochaine règle.

  • L’autre est responsable de la manière, dont il accueille vos mots, du moment que vous communiquez de façon bienveillante. Alors , STOP à la culpabilité !
  • Ne pas penser à la place de l’autre
  • Oser Demander en acceptant la réponse de l’autre.
  • Oser Donner sans attendre en retour.
  • Oser Refuser sans culpabiliser.
  • Oser Recevoir sans se justifier.

 

5 ème RÈGLE DE VIE

L’effet miroir et la loi d’attraction

L’effet miroir, c’est-à-dire ?

Petit exercice : Vous allez choisir une personne dans votre entourage, professionnel ou affectif, qui a une attitude qui vous dérange !

Vous l’avez ? J’insiste sur le sentiment « qui me dérange »

Une fois le choix de cette personne fait, vous allez exprimer à voix haute ce qui vous dérange en une petite phrase.

Ex : Tu prends trop de place ….. Tu ne sais pas ce que tu veux …….Tu es trop timide ….. Tu es instable.

C’est souvent ou trop ou pas assez. Vous l’avez votre reproche parfait ?

Maintenant, avec la plus grande honnêteté envers vous-même, reformulez ce même reproche en employant « JE »

Avez-vous vraiment l’impression que, pour vous, ce reproche pour vous est acquis ? Ou révélateur de votre problématique ? 

Voici donc une première approche de l’effet miroir. On reproche souvent à l’autre, ce dont, on a nous-même du mal à mettre en place !

L’effet miroir fonctionne pour le couple, l’amitié, la relation parent-enfant, le rapport professionnel ….

C’est souvent pour cela, que l’on reproduit inconsciemment les mêmes choses, et/ou, on lutte pour essayer de faire complètement l’inverse. 

Pourquoi tant de résistance ?

 

6 ème RÈGLE DE VIE

Le fameux, lâcher prise !

Ai-je le choix de vivre telle ou telle situation ? Souvent NON ! (décès, séparation, maladie …)

Par contre, j’ai le choix de subir la situation ou de rebondir en agissant. Et oui, le lâcher prise, peut-être une action. Lâcher prise ne veut pas dire forcement, de renoncer, de s’abandonner ou de se soumettre…

Le lâcher prise, peut vouloir dire, arrêter de vouloir que cela se passe comme je le veux. Souvent, l’imprévu peut être bénéfique.

Le lâcher prise réveille aussi en nous, le fait de sortir de notre zone de confort.

Le lâcher prise peut aussi fonctionner si je décide d’orienter mes pensées et mon mental sur autre chose.

Je peux changer d’objectif et choisir de me focaliser ailleurs dans un but positif. C’est l’idéal.

Nous reprenons alors en main notre libre arbitre.

 

7ème REGLE DE VIE

Le libre arbitre

Le libre arbitre est la faculté qu’on a, à choisir librement, ce qui nous semble JUSTE, hors moral, hors éducation….

Posez-vous la question suivante : Qu’est ce qui est bon pour moi ? 

 

8ème RÈGLE DE VIE

La pensée positive

Nous le savons maintenant, nos pensées influencent nos actes.

Notre cerveau, n’entends pas la négation. Si je vous dis : N’Imaginez pas un cheval blanc …… vous y pensez quand même.

Donc on formule positivement, pour attirer à soi plus de positifs.

Je suis capable ….. J’ai le droit……. Je décide…….. J’ai confiance …….. Je suis…….

Servez-vous de ces phrases pour créer votre phrase mantra, c’est à dire une phrase que vous vous répétez quotidiennement.

Comme vous êtes tous unique et tous diffèrent, à vous de compléter et donner votre mode d’emploi. 

Plus vous serez transparent et bienveillant, plus il sera facile pour les autres de vous comprendre et de vous respecter.

Comment en finir avec la dépendance Affective «Syndrome de Tarzan » ?

Comment en finir avec la dépendance Affective  «Syndrome de Tarzan » ?

 

La dépendance affective se symbolise par:

« L’attente »

De l’autre, d’un coup de fil, 20 coups de fils et plus encore, par l’envoi de sms, par le besoin de se « plier » au désir de l’autre, de tout faire pour le ou la garder.

Revenons au mode de fonctionnement de la dépendance.

Attendre le retour, attendre le geste rassurant, attendre le mot apaisant.

DÉPENDANCE AFFECTIVE

Objectif de cet article : 

  1. sortir de ce cercle « Attente »,
  2. avancer au lieu de tourner en rond,
  3. ne plus être dans le contrôle permanent de l’autre même si cet aspect est inconscient.
  4. comprendre que justement sans l’autre vous passez de bons moments sans penser à lui ou elle
  5. vous ouvrir vers l’extérieur = les autres
  6. prendre conscience de vos envies, désirs, besoins personnels (sans l’autre)
  7. renoncer à être le centre de l’attention de l’autre
  8. gagner en autonomie c’est comprendre le besoin de l’autre, se respecter et respecter l’autre. ( Egoisme légitime)
  9. prendre conscience que votre partenaire souffre également

 

   1- Apprenez à faire par vous même et pour vous même certaines choses, occupez-vous !

Danse, théâtre, cuisine, prenez des cours, allez vers ce qui vous attire, cela vous distraira, forcez-vous.

L’autonomie s’apprend à n’importe quel âge.

 

  2- Modifier, transformer votre passivité en mode décision.

Un dépendant est passif, figé dans sa crainte de mal faire, donc il n’initialise rarement .
– Surprendre votre partenaire vous donnera un coup de peps ! Oui, vous êtes capable de le faire !
– Prenez la décision d’un resto avec des amis(es), d’une virée à la campagne, d’un ciné etc…
Vous comprendrez qu’à 2 ou en compagnie, son regard sur vous reste le même.

   

   3- Sublimer votre peur de l’abandon

Dites vous que la décision de rompre n’est pas unilatérale, elle vous appartient autant qu’à l’autre.
– Une question doit vous interpeller, lorsque le doute, les questions s’installent :
 » Vos peurs sont-elles fondées, en avez-vous des preuves ? »
Votre partenaire donne t-il ou elle des signes d’éloignement, de désintérêt ? »

Si, la réponse est non, votre imagination vous joue des tours.
– Votre dépendance l’irrite, les tensions viennent sûrement de là !
– Que peut faire de plus votre compagnon ou compagne pour prouver ses sentiments ?

 

   4- Booster l’estime de soi même

Lancez-vous des petits défis, cela vous donnera confiance à chaque défi réussi.
– Résister, quand l’autre rentre, au besoin de questionner : « lui avez-vous manqué, vous aime t-il (elle) encore »
– Faites une liste de vos comportements compulsifs (pensez au carnet de bord)
A vous de définir vos défis, sachant qu’il faut faire cela sur la durée.

 

   5- Modifier vos idées

Définissez vraiment ce qu’est l’abandon, prenez le temps de réfléchir.
– Ne pas interpréter toute parole ou tout geste comme un signe d’éloignement, relativiser, dédramatiser.
– Ne pas généraliser un acte anodin et ponctuel.
Exemple : Il ou elle rentre énervé(e) peu communicatif (ive) semble lointain(e).
Votre pensée 1 (automatisme) » qu’ai je fait ou dit, il ne m’aime plus etc.. »Vous boudez ou râlez !
A modifier en : « Il; elle est fatigué(e) a eu une dure journée, rien à voir avec moi » Vous lui laissez le temps de souffler…

 

   6 – Affranchissez-vous, transgressez les interdits de l’enfance

Ceux de la petite fille ou garçon trop sage, ceux de ne pas s’exprimer, de ceux vous inculquant la serviabilité comme preuve d’amour, de la croyance que vous n’êtes pas l’enfant désiré(e), et même si ce fut le cas, le rôle d’ un(e) partenaire n’est pas de réparer votre enfance qui n’excuse pas tout d’un comportement adulte,…
– Ne faites pas pour le ou la partenaire ce qu’il/elle ne demande pas, pour ne pas être en attente.
– Renoncer à l’amour inconditionnel de parents trop permissifs, une ou un partenaire ne peut tout admettre ou donner.
– Osez exprimer des émotions avec des « je ressens ceci ou cela etc.. » »je suis en colère car.. »
– Agissez sans demander l’avis de votre partenaire pour tout et rien
– Rajoutez ce défi : acceptez de ne pas être aimé(e) de tout le monde etc…etc…

   7 – Les sens comme outils dérivatifs

Au lieu de focaliser sur des idées sombres, d’attendre, retrouvez vos sens, écoutez les !
– Yoga, taï chi, relaxation, sophrologie etc…sont des outils du mieux être.
– Regardez autour de vous, concentrez vous sur la couleur d’une fleur, le sourire d’un enfant, l’odeur d’un gâteau.
– Mettez de l’humour dans vos propos, riez , ouvrez grands les yeux sur la vie.
– Cultivez la bonne humeur, le rire est une merveilleuse thérapie, se moquer de soi-même dénote des prises de conscience.

 

Donnez à votre partenaire le droit d’exister sans culpabiliser.

La pire des manipulations : le chantage affectif.

Faites vous confiance, croyez en son amour, sentez-vous digne d’amour « Je suis aimable », dans le sens de « je mérite d’être aimé

Déterminer votre type de relation amoureuses grâce aux cercles de l’amour

 Déterminer votre type de relation amoureuses grâce aux cercles de l’amour

 

Il existe 3 types de relations amoureuses  :

heart-700141_1920

 

Quel est le cercle de l’amour qui ressemble à votre type de relation amoureuse ?

 

 

  • Le 1 er cercle de l’amour : la relation Fusionnel  

Capture d’écran 2016-03-13 à 19.58.13

Celui dont tout le monde rêve, mais celui qui, quand on l’a essayé ou vécu, on y laisse des plumes. On se plie aux désirs de l’autre. On s’oublie totalement pour ne faire qu’un. C’est donc autodestructeur, rapport dominant/dominé, relation de dépendance. Exclusivité de la relation, 1 + 1 = 1.

Cas pratique :

Le couple a envie d’un cinéma. Votre partenaire est plus tenté(e) par un film d’action et vous plutôt sur ce film d’amour.

Dans une relation fusionnelle on va totalement oublier son envie et on va évidemment choisir le choix de son partenaire.

 

  • Le 2ième  cercles de l’amour : Sensation d’équilibre 


Capture d’écran 2016-03-13 à 19.58.24

Tout à l’air parfait a priori. Sauf que cet équilibre parfait existe au maximum les 6 premiers mois de la relation. Pourquoi ?

Et bien, imaginons, que ce cercle soit vous.

Avez-vous remarqué, qu’il y a des matins, ou vous vous trouvez au top dans le miroir : emplit d’une confiance grandissante, le sourire aux lèvres, vous vous sentez même sexy. Et bizarrement contre toute attente dans cette même journée, en croisant votre regard, au détour d’une vitrine, cela ne va pas du tout. Une envie irrépressible d’être nourrit d’amour, d’être rassuré, vous vous sentez vide, prête à craquer sur une boite de chocolat.

Et bien c’est votre cercle !

Et en plus, à cela, vous rajoutez la loi :

Je te fuis, tu me suis

Tu me suis, je te fuis

Plus vous êtes mal, plus vous avez besoin d’être rassurée et là vous n’avez rien !

Vous êtes en attente, spectatrice de la situation avec cette sensation d’être « victime » malgré vous.

Et le comble, c’est : s’il y a rupture, vous vous sentez vide 

Et là, vous découvrez le « syndrome de Tarzan ».

Ayant un vide, vous allez passer d’un partenaire a un autre, soit de liane affective en liane affective en espérant combler ce manque. 1+1=2

Cas pratique :

Le couple a envie d’un cinéma. Votre partenaire est plus tenté(e) par un film d’action et vous plutôt sur ce film d’amour.

Dans une relation dîtes “équilibrés”  : on essaye un compromis, une concession, une négociation : « Cette fois ci, je te fais plaisir, la prochaine fois, c’est toi » Attente, risque de frustration.

 

  • Le 3ème cercles de l’amour : relation amoureuse ou règne L’égoïsme légitime  


Capture d’écran 2016-03-13 à 19.58.34

Et bien oui : si manque il y a => attente il y a => frustration il y a => engrenage vous vivrez ?

Le couple comme le cœur s’éduque

Chacun s’auto-nourrit, fait des activités : sport, passion, loisir créatif….

Cela apporte et crée en nous cette sensation d’être plein, remplit et vous rayonnez. 1+1= 3

C’est seulement au moment où chacun est complet, que l’on partage, que l’on   échange. On ressent alors une sensation de légèreté et fluidité des rapports.

Cas pratique :

Dans une relation ou règne l’égoïsme légitime, si Le couple a envie d’un cinéma et que l’un des partenaires est plus tenté(e) par un film d’action et vous plutôt sur ce film d’amour.

chacun écoute son envie et l’assouvit. L’idéale, et le plus facile aujourd’hui car toutes les séances de cinéma sont pratiquement à la même heure. On y va ensemble, on se sépare le temps du film et on se rejoint ensuite dans un bon café, un bon restaurant pour partager et échanger ce que chacun a vécu.

 

 

Cet article met en lumière nos différents besoins et attentes de l’amour.

Aucune façon d’aimer n’est nocive tant que vous n’en souffrez pas.

Il faut s’aimer pour aimer son partenaire d’un amour bienveillant.

Quel est le cercle de l’amour vous correspondant le plus ? (laissez un commentaire)

 

Signature Camille P

Sophrologue, coach mental et parental.

 

 

Maintenant, c’est à vous, n’hésitez pas à commenter cet article, et à le partagez sur vos réseaux sociaux ci-dessous.